edition de l'ariane

Accueil // Bernard ALLIGAND


Bernard Alligand / Tita Reut : Eros napolitain
« Je reste persuardé, m’affirmait Bernard Alligand dans un entretien, qu’une œuvre abstraite, quelle qu’elle soit, garde toujours un rapport à la nature. Il suffit de regarder certains paysages, certaines formes… Se délivrer de l’image explicative, c’est s’ouvrir à d’autres investigations tout en restant lié à la nature. Toucher le matériau, explorer les angles de vue, se bercer de lumière, avoir un rapport à la nature lié aux éléments. » (Impressions d’Egypte / 2000) Bien qu’ilstallé dans la peinture comme en son art majeur, Bernard Alligand a développé, en parallèle, une expression personnelle, et obtenu une maîtrise particulière aussi bien dans l’estampe que dans trois autres secteurs créatifs qui lui sont chers : la tapisserie, la céramique et le livre d’artiste. La Bibliothèque d’Angers –ville où il est né- a récemment acquis toutes ses éditions et lui destine une place privilégiée au sein de ses collections. Il est régulièrement invité en résidence dans de nombreux pays (Maroc, Egypte, Laos, Cambodge, Arabie Saoudite…) et il crée, sur place, ou a posteriori, des œuvres composées à partir des matériaux qu’il glane puis qu’il met en œuvre. Dans « Eros napolitain », Bernard Alligand a pris le papier à bras le corps pour le gauffrer lui-même sur sa presse, étant passé maître dans la technique du carborundum que lui enseignèrent, en pionniers, ses aînés et amis : Henri Goetz et James Coignard. Le livre se présente sous la forme d’un manuscrit peint à travers lesquels collages et couleurs naviguent, solaires, ou qu’ils épousent, à la cadence d’un poème dont les thèmes de gravité ou de séduction se dilatent et se rétractent, comme la vie… T.R.


haut
bas